• Si j'ai bonne mémoire d'Anne Icart

    Si j'ai bonne mémoire d'Anna Icart

    Editions Robert Laffont

    2015

     

    Pour cette chronique je laisse la place à une excellente chroniqueuse Léontine qui nous livre ses impressions.

    Synopsis :

     Violette a décidé de quitter  la région parisienne et de s’installer  à Toulouse, près de sa famille, avec son mari et leur fils. Maintenant qu’elle a renoué les liens avec les femmes de la famille Balaguère, elle est bien décidée à trouver l’identité de son père, que sa mère n’a jamais voulu lui révéler. Mais sa quête d’identité ne va pas chambouler que sa propre vie et Violette risque de perdre tout ce qu’elle a construit.

      Mon avis

     J’avais hâte de retrouver les personnages du précédent roman d’Anne Icart, Ce que je peux te dire d’elles, véritable coup de cœur du début d’année 2014. En effet, nous avions laissé Violette et Blanche à leurs retrouvailles, à l’occasion de la naissance du fils de Violette, premier garçon dans cette famille de femmes, et même si la fin du roman n’appelait pas de suite, j’étais ravie de voir que l’auteur allait nous donner des nouvelles de ses personnages.

     Même si Si j’ai bonne mémoire a été vraiment agréable à lire, j’ai cependant éprouvé beaucoup moins de plaisir qu’avec le premier tome. J’ai trouvé les personnages beaucoup moins fouillés, les répétitions trop importantes, notamment quand l’auteur évoque les problèmes de mémoire de Blanche. J’ai même été franchement agacée parfois. En effet, les traits de caractère de certains personnages sont soulignés à l’extrême : Garance est malheureuse, on l’a compris, pas besoin d’en remettre une couche toutes les trois pages, elle est  mal dans sa peau, ok, est-ce qu’on peut passer à autre chose ? Il y a moins de place accordée aux autres femmes de la tribu, Justine et Babé ne sont là que pour consoler, et je trouve que les problèmes domestiques s’arrangent drôlement plus facilement que dans la vraie vie. Vous en connaissez beaucoup, vous, des propriétaires qui vous laissent débarquer avec des chiens, des chats, et autres bestioles en tout genre, dans une somptueuse demeure, qui vous invite à monter leurs chevaux quand vous voulez, que vous appréciez tellement que vous les invitez à partager les grandes occasions familiales ?

     La fin du roman laisse présager un troisième volume car elle est très abrupte et laisse un mystère planer sur la famille. Souhaitons que tous les personnages que l’on a aimé dans Ce que je peux te dire d’elles aient à nouveau toute leur place, sans manichéisme aucun, avec une intensité retrouvée.

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :