• Les Insurgés de Malorie Blackman

    Editions Milan

    Collection Macadam

    2015

     Synopsis :

     Après la guerre et les conflits, un monde nouveau est créé, fondé sur un principe unique : la vie humaine comme bien le plus précieux.

     Les gardiens doivent maintenir la paix face aux attaques des rebelles. Mais il leur est interdit d’ôter la vie. Leurs armes sont non létales et leurs prisonniers doivent être bien traités.

     Kaspar, 17 ans, décide de mettre sa vie au service des Gardiens, chargés de faire respecter ce principe. La vie comme valeur ultime… Beau principe. Mais est-ce une utopie ?

     Mon avis :

     J’avais déjà découvert Malorie Blackman au travers de sa saga « Entre Chiens et Loups » que j’avais tout bonnement adoré. Cette série m’avait enchanté, bouleversé, encore aujourd’hui j’en garde un souvenir mémorable.

     Lorsque j’ai pris « Les Insurgés » et lu la quatrième de couverture, je me suis dit que je ne prenais pas un gros risque et que ce roman allait me plaire.

     On suit donc Kaspar, devenu Gardien pour protéger la population de l’Alliance et ses Hauts-Conseillers des Insurgés, des terroristes exilés par le gouvernement en place. Et cette mission va se révéler périlleuse et prendra même un tournant sans pareil pour Kas ce qui changera son avenir et la vision de son monde.

     Sans aucune surprise j’ai été totalement charmé par les personnages crées par l’auteure. Ils ont tous des personnalités extrêmement attachantes et intéressantes. Kaspar est un personnage principal fort, plein de courage, de doutes et son évolution au cours du roman est fabuleuse. Les personnages secondaires sont également un gros point fort de ce roman et plus particulièrement Mac et Rhéa mais aussi Voss et Dillon. J’aurais beaucoup apprécié les connaitre davantage.

     L’univers crée par l’auteur m’a beaucoup plu, je n’ai pas eu de sentiment de déjà vu et j’ai adhéré tout de suite à ses idées, les explications m’ont paru limpides au fur et à mesure que je les découvrais même si j’aurais aimé qu’il soit encore plus approfondit dans un roman plus long ou un deuxième volume smile.

     Car en effet c’est le seul bémol que j’ai noté, on aimerait découvrir plus sur l’univers et les personnages ce qui n’est malheureusement pas possible avec un seul volume, et j’ai trouvé que certains passages étaient du coup ralentit par des explications un poil longues et pourtant obligatoires.

     C’est donc un très bon roman que nous offre encore Malorie Blackman, une dystopie aux personnages et à l’univers très réussie, surtout pour un volume unique. Un vrai plaisir de retrouver cet auteur et de se plonger dans ce roman !!!

     

     


    votre commentaire
  • La vie rêvée d'Eve tome 1, la fuite d'Anna Carey

    Editions Pocket Jeunesse

    2015

    Synopsis :

    USA 2032.
    Seize ans après qu’un virus mortel a décimé la Terre, hommes et femmes vivent séparés.
    Ève, 18 ans, n’a jamais quitté l’enceinte de son école. Elle pense qu’un avenir radieux l’attend, jusqu’à ce qu’elle découvre la terrible vérité : les jeunes diplômées sont enfermées dans une clinique où elles enchaînent les maternités pour repeupler le monde dévasté.
    Horrifiée, Ève s’enfuit. Commence alors un voyage solitaire et périlleux à travers la Zone, où elle doit éviter les chiens sauvages et les hommes qui la terrifient.
    Jusqu’au jour où elle rencontre Caleb, un jeune rebelle qui gagne peu à peu sa confiance… puis son cœur. Mais dans ce monde ravagé, l’amour est un luxe qu’Ève ne peut se permettre.
    Sauf à le payer très cher.

    Mon avis :

    J’ai tout de suite était attirée par le synopsis de ce roman et, alors que j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, c’est comme si j’avais été trompé sur la marchandise.

    Je m’explique : en voyant le résumé je me suis tout de suite imaginé une histoire autour de mères porteuses et c’est finalement ma seule déception car le thème n’est pas franchement abordé, à peine effleuré. Je pense que je me suis trop vite projetée dans ce que ce roman allait m’offrir en faisant sans doute un parallèle avec le Joyau d’Amy Engel que j’avais tout simplement adoré. Malgré tout j’ai dévoré ce premier volume car l’auteure a su très rapidement, quasi immédiatement, me faire oublier cette petite « surprise ».

    Et alors de quoi ça parle me direz-vous ? Et bien, dans un monde post-apocalyptique décimé par un virus appelé « la peste », on suit Eve, jeune adolescente orpheline, dans une école où l’on découvre uniquement des femmes. Le personnel, professeures, mais aussi élèves, toutes orphelines.

    Alors que leur avenir semble tout tracé, Eve découvre que les promesses qu’on leurs a faites cachent un terrible secret. Car ce monde dévasté a besoin d’être reconstruit et repeuplé et que les jeunes orphelines ne sont que des mères porteuses qui enchainent les grossesses. Eve décide donc de s’enfuir et……. Et bien je n’irais pas plus loin au risque de gâcher toute l’histoire ^^.

     Les personnages principaux mais aussi secondaires sont vraiment très intéressants : tantôt surprenant, sombres, généreux, combattifs, bouleversants, c’est pour moi l’énorme atout de ce roman.

     J’ai également apprécié l’univers créé par l’auteure même si je reste sur ma faim mais c’est, j’espère, dû au fait que c’est le premier volume d’une série.

    L’auteure a su me surprendre au bon moment et m’a laissée pantoise grâce à sa fin.

    En somme, un très bon premier volume j’attends la suite impatiemment que j’espère à la hauteur de mes espérances.

     


    votre commentaire
  • L'école du bien et du mal tome 1 de Soman Chainani

    Editions Pocket Jeunesse

    2015

     Synopsis :

     Sophie et Agatha intègrent l'École du Bien et du Mal, où l'on forme les personnages de contes de fées. La blonde Sophie est certaine de devenir princesse, tandis que son amie Agatha, cynique et solitaire, se voit déjà en sorcière. Mais une erreur de casting pourrait révéler leur vraie nature.

     Mon avis :

     Alors soyons honnêtes, mon premier critère de sélection pour ce livre a été purement esthétique. Cette couverture Waouh !!!! Fabuleuse.

     Dans ce roman, on suit Sophie et Agatha, deux « amies » qui vivent dans le même village ; Sophie est l’archétype de la princesse et Agatha de la sorcière.

     Ce village est régulièrement la cible d’une entité mystérieuse qui vole systématiquement deux enfants, dont on comprend rapidement qu’ils deviennent des personnages de contes de fées.

     Bien sûr Sophie et Agatha sont emmenées et Sophie, la jolie princesse atterrit à l’école du mal tandis qu’Agatha la vilaine sorcière atterrit à l’école du bien. Erreur de casting ? Pas du tout !

     Sans raconter toute l’histoire, on suit le quotidien de ces deux mistinguettes dans leurs écoles respectives plus ou moins contentes de leur sort, forcément.

     Et mon avis dans tout ça ? Et bien… mitigé !!

     J’ai aimé l’univers crée par l’auteur même si je trouve certains passages pas toujours compréhensibles, le descriptif ne permet de voir ce que l’auteur a imaginé. D’autres passages sont carrément trop « longuet », cela plombe un peu la lecture.

     Mais le plus gênant ce sont les personnages, on comprend certes très vite que Sophie n’est pas une « gentille » princesse et Agatha tout sauf la « méchante » sorcière mais leur caractère respectif m’a rapidement agacé. Sophie est une girouette égoïste, instable émotionnellement et son personnage est vide de sens pour moi. L’auteur l’a trop stigmatisé et seuls quelques passages sauvent ce personnage. Quand à Agatha même si elle est rapidement beaucoup plus intéressante, il lui manque clairement quelque chose, de la profondeur sans aucun doute.

     Le livre m’a fait passer un bon moment, il n’est clairement pas extraordinaire mais pas mauvais du tout !! Je suis même curieuse de découvrir la suite.

     Peut-être que j’attendais trop de ce roman et que ma déception vient de là !

     


    1 commentaire
  • La Selection tome 4, L'Héritière de Kiera Cass

    Editions Robert Laffont

    Collection R

    2015

     Synopsis :

     UNE NOUVELLE SELECTION COMMENCE
    Vingt ans après la Sélection d'America Singer, et malgré l'abolition des castes, la famille royale d'Illéa doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : l'heure est venue de lancer une nouvelle sélection.

    A dix-huit ans, la princesse Eadlyn se sent prête à devenir reine. Elle l'est beaucoup moins à trouver un mari, au point que cette idée ne l'a même jamais effleurée. Quand elle consent finalement à ce que ses parents lui organisent une Sélection, Eadlyn voit son quotidien bouleversé par l'arrivée de ses 35 prétendants et la folie médiatique qui l'accompagne. Mais entre les raisons du coeur et la raison d'Etat, la Princesse va devoir faire ses choix, et, au fil des semaines, se prendre à ce jeu dont dépend l'avenir d'Illéa...

     Mon avis :

     Un livre que j’ai acheté en me disant c’est quitte ou double : soit j’adore autant que les trois premiers volumes soit je suis déçue !

     Dans ce volume on suit Eadlyn, la fille d’America et Maxon, maintenant souverains d’Iléa, dans son quotidien et plus particulièrement dans une nouvelle Sélection.

     Alors tout d’abord il m’a fallu un temps d’adaptation pour replacer tout ce petit monde car ne plus avoir America comme personnage principale et bien ça perturbe.

     Là où j’ai été ravi c’est que l’on retrouve d’autres personnages que j’avais bien apprécié (non, je ne dirais pas qui ;)) et que la famille s’est agrandie.

     Comme d’habitude j’adore les personnages crées par Kiera Cass. Eadlyn est une princesse qui partage par son caractère, tantôt on l’apprécie tantôt elle nous exaspère, et c’est parfait car justement elle est tout sauf parfaite. J’aime beaucoup les frères d’Eadlyn et plus particulièrement Ahren, un personnage très intéressant.

     Mon seul regret c’est le manque d’informations sur les garçons de la Sélection, sans en dire trop, j’ai trouvé que certains étaient à peine des figurants et que sur ce point l’auteure allait un peu vite. Surtout que certains Sélectionnés sont vraiment intéressants et on a vraiment envie de les découvrir.

     En ce qui concerne l’intrigue et bien c’est pas mal du tout. Encore une fois l’auteure m’a surprise, là où je voyais le coup venir et bien que nenni…retournement de situation. A voir maintenant si elle arrive à tenir cette intrigue (ces intrigues…) sur les volumes suivants. Parce qu’une suite il y aura et honnêtement j’ai hâte de la découvrir.

     Même si l’Héritière perd de l’attrait niveau nouveauté, ce n’est « que » la suite de la Sélection, et la trame générale reste la même, l’auteure nous embarque une fois de plus sans problème dans cette nouvelle aventure et j’ai dévoré ce volume, comme les précédents, avec beaucoup de plaisir.

     Vite la suite !!!

     


    votre commentaire
  • Les Intrigantes tome 1 : Les Rivales de Christine Féret-Fleury

    Editions Hachette Jeunesse

    2015

     

    Synopsis :

     Versailles est en émoi ! Versailles se pâme ! Aujourd'hui le Salon Jaune a accueilli avec surprise une nouvelle venue à la cour : une magnifique rousse flamboyante qui se fait appeler Rouge et dont personne ne sait rien. Aussitôt le célèbre couturier Claude de Chinelle la prend sous son aile pour qu'elle devienne son modèle favori. La belle Elise de la Valle, elle, voit immédiatement en Rouge une dangereuse rivale. Une énième intrigante dont il lui faudra vite se débarrasser.

     Mon avis :

     Voici un roman qui n’aurait jamais fait partie de ma PAL si on ne me l’avait pas présenté. Je ne lis jamais de roman historique et ce bouquin, je l’ai pris comme un défi.

     Et bien défi relevé !

     Je serais incapable de comparer ce roman avec d’autres du même style donc impossible pour moi de savoir si l’histoire est originale.

     On suit donc « Rouge », une jeune femme qui cache un secret dont on découvre/suppose quelques bribes au fur à mesure, dans un « «Versailles » comme je l’imaginais : intrigues, jalousies, rivalités, manipulations…

     J’ai apprécié l’intrigue générale et l’écriture de l’auteure est très agréable cependant j’ai trouvé que beaucoup de scènes tournaient autour de la mode de l’époque, les robes ont une place très importantes, un peu trop à mon goût. J’ai trouvé que ça avait tendance à ralentir l’histoire générale et que l’intrigue en souffrait du coup.

     En résumé j’ai apprécié mais sans plus, mais c’est peut être seulement lié au fait que le roman historique ne fait, pour l’instant, pas partie de mes lectures préférées.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique